AFRICAN CLEAN CITIES PLATFORM

À propos de lʼACCP

À propos de lʼACCP
Contexte
Problèmes de gestion des déchets en Afrique

Actions et évènements

Évènements à venir
Évènements passés
Newsletter

Publications

Publications
Exemples de supports pédagogiques

Problèmes de gestion des déchets en Afrique

La population urbaine en Afrique est en constante augmentation avec actuellement 490 millions d’habitants environ,
soit 41% de la population totale du pays, et devrait tripler d’ici à 2050. Le volume des déchets augmente proportionnellement avec la croissance continue des villes.
Face à cette soudaine augmentation de la population et à l’urbanisation, la gestion des déchets ne peut pas suivre et les déchets,
n’étant pas collectés, ont un impact sur l’hygiène des villes et leurs esthétismes.

Le problème des déchets en Afrique

Des impacts négatifs sur l'hygiène des villes

Dans les villes africaines, des déchets éparpillés sont fréquemment visibles, en particulier autour de conteneurs de collecte déjà pleins. Souvent, on aperçoit aussi des déchets jetés de façon illégale dans des zones non desservies par le service public de collecte : fond des ruelles, terrains vagues, etc. Ceci peut également entraîner une dégradation de la sécurité au niveau local facilitant ainsi notamment des comportements prévus par ce que l'on appelle la « théorie de la vitre brisée ».
Les déchets organiques, qui sont le constituant principal des déchets en Afrique, attirent les insectes et animaux nuisibles. Ils favorisent, dans les zones à forte température, l'apparition de mouches et de pathogènes gastro-intestinaux responsables de la propagation de gastroentérites, d'hépatites, de choléra et d’autres maladies transmises par voie oro-fécale. De plus, l'eau s'accumulant dans les déchets de plastique favorise la reproduction des moustiques qui finissent par répandre la dengue et la fièvre jaune.

Les déchets ne sont pas éliminés de manière adéquate

Dans beaucoup de villes, les déchets, même collectés, ne sont pas éliminés de manière adéquate. En Afrique subsaharienne, plus de 70 % des déchets sont déversés dans des décharges à ciel ouvert.
Ces décharges causent divers problèmes. Hormis les problèmes précités d’insectes et animaux nuisibles, ces décharges entraînent la contamination des ruissellements de surface et des eaux souterraines par les lixiviats, odeurs fétides, incendies, etc. Les décharges à ciel ouvert rejettent aussi sans contrôle du méthane dans l'atmosphère, ce qui contribue au changement climatique par le biais du puissant effet de serre du gaz. Pire encore, les effondrements de montagnes de déchets survenus ces dernières années dans beaucoup de villes ont causé de nombreuses pertes humaines.

Les déchets difficiles à traiter et autres déchets spéciaux augmentent

Même si les matières organiques occupent une part importante des déchets en Afrique, d'autres déchets, dont le traitement nécessite des techniques spéciales, ont augmenté en quantité suite aux changements du mode de vie résultant de la croissance économique : plastique, équipements électriques et électroniques, pneus, etc. Beaucoup d’équipements électriques et électroniques usagés, dont une grande partie ne fonctionne plus, sont importés des pays développés.
De nombreux pays africains sont dépourvus de technologies et de systèmes juridiques permettant d’éliminer adéquatement les déchets nécessitant un traitement spécial. Des méthodes inappropriées d’élimination et de traitement des déchets entraînent une contamination de l’environnement ainsi que des problèmes de santé liés à des substances toxiques telles que le plomb et la dioxine.

Multiples défis

Les pays développés ont résolu leurs problèmes de déchets un par un sur de longues années à travers différentes mesures axées sur l’amélioration de l'hygiène publique, la lutte contre la pollution environnementale, la création d’une société circulaire, etc. Les pays africains, eux, se trouvent acculés par le déferlement simultané de ces difficultés sur une courte durée. Outre les technologies nécessaires, ces pays doivent subir des transformations sociales avec des aménagements des systèmes juridiques, des améliorations des capacités institutionnelles et de la conscience civique pour apporter une réponse au défi des déchets. Ces changements peuvent prendre un certain temps. Le défi des déchets survient à une vitesse qui dépasse celle des processus des transformations sociales.

En Afrique, le défi des déchets se pose déjà, et leur quantité devrait s'amplifier encore. Il est essentiel de relever ce défi maintenant pour préparer l'avenir.