AFRICAN CLEAN CITIES PLATFORM

À propos de lʼACCP

À propos de lʼACCP
Contexte
Problèmes de gestion des déchets en Afrique

Actions et évènements

Évènements à venir
Évènements passés
Newsletter

Publications

Publications
Exemples de supports pédagogiques

Newsletter Vol.5

Ouverture à Yokohama de la 2ème réunion générale de l’ACCP

2019.08.05〜29

Ouverture à Yokohama de la 2ème réunion générale de l’ACCP
Du 26 au 29 août 2019 s’est tenue la 2ème réunion de l’ACCP (la réunion proprement dite s’est déroulée sur les journées du 26 et du 27). Organisée en marge de la TICAD7 (Conférence internationale sur le Développement l’Afrique) qui s’est également tenue à Yokohama, de nombreuses personnes intéressées par la gestion des déchets venant de l’industrie, de l’enseignement, et des administrations du Japon ainsi que de 34 pays d’Afrique ont participé à cette réunion qui a ainsi réuni un total d’environ 450 participants. Placée sous le thème global de la « gestion durable des déchets pour la réalisation de villes résilientes », le Japon en a été le pays organisateur, et des mises en relations d’affaire avec des entreprises privées japonaises ont également été organisées. Lors de la session ultime avec des dirigeants de haut niveau, les orientations en matière d’actions de l’ACCP ont été adoptées sous la forme du « Guide d’action de Yokohama pour l’ACCP ». S’appuyant sur ce dernier, la « Déclaration de Yokohama », texte résultant de la TICAD7, introduit le besoin de s’attaquer à la gestion des déchets en tirant profit du cadre de l’ACCP, ce qui a été confirmé par un accord au niveau ministériel. Autour de cette 2ème réunion, des ateliers sur le partage d’expérience des différents pays, des formations sur les indicateurs d’ODD (organisées par le PNUE et ONU-Habitat), ainsi que des visites d’installations de traitement des déchets de la ville de Yokohama ont été programmés pour les participants venus d’Afrique, dans le but de partager l’expérience de chacun : pays d’Afrique, organisations spécialisées, et acteurs japonais.

Commentaire général

Mr. Andre Dzikus Coordinateur, Programme des Nations unies pour les établissements humains

La deuxième réunion générale de la Plate-forme Africaine des Villes Propres (ACCP), qui s’est tenue parallèlement à la TICAD7 à Yokohama, a été un immense succès. ONU-Habitat était ravi de jouer un rôle essentiel dans la réunion à laquelle ont assisté plus de 400 participants, parmi lesquels des représentants de 38 pays africains, du secteur privé en Afrique et au Japon, des organisations internationales, des ONG et divers autres acteurs. De nombreuses meilleures pratiques et expériences ont été partagées, axées sur les nouvelles technologies, l’éducation et la sensibilisation, la collecte et l’utilisation de données sur les déchets, le développement de projets et également les financements. Cela a donné lieu à des discussions animées sur la diffusion et l’adoption de ces pratiques et expériences dans le but de s’attaquer aux problèmes de gestion des déchets en Afrique urbaine, indiquant clairement que nous allons dans la bonne direction pour la gestion durable des déchets en Afrique.
J’ai également été profondément impressionné par l’engagement de haut niveau sur cette question exprimé par les ministres et les maires japonais et africains, au cours de la deuxième journée de la réunion. Le Directeur exécutif adjoint d’ONU-Habitat, Victor Kisob, a également souligné l’importance d’une gestion saine des déchets pour nos villes et nos implantations humaines, ainsi que la haute priorité accordée à cette question par ONU-Habitat. Le troisième jour, ONU-Habitat a organisé une session de formation pour les membres de l’ACCP sur l’outil d’évaluation des déchets solides municipaux basé sur l’indicateur d’ODD 11.6.1. J’ai été heureux de voir que les membres de l’ACCP ont trouvé cet outil utile pour améliorer les systèmes de gestion des déchets dans leurs villes.
Comme indiqué dans le Guide d’action de Yokohama, le document final de la réunion, ONU-Habitat assumera progressivement les fonctions de secrétariat de l’ACCP, en s’appuyant sur notre siège en Afrique. Notre équipe de gestion des déchets travaillera en étroite collaboration avec les pays membres et les partenaires de l’ACCP pour promouvoir la réalisation des ODD relatifs aux déchets en offrant des formations et du développement de compétences, en plaidant pour une meilleure gestion des déchets, en aidant les villes à surveiller les déchets et en développant des projets viables et rentables. Ce faisant, nous collaborerons étroitement avec notre agence sœur, le PNUE – co-localisée avec nous à Nairobi -, ainsi qu’avec diverses parties prenantes, notamment d’autres agences des Nations Unies, des partenaires de développement internationaux, des ONG et le secteur privé.

Remarques de la 2ème assemblée générale

Nobuyuki Konuma, Ministère de l’Environnement

Je suis très heureux que la 2ème réunion générale de l’ACCP ait pu se tenir à Yokohama. Lors de cette réunion nous avons pu adopter le « Guide d’action de Yokohama pour l’ACCP », texte résultant de cette dernière qui présente les orientations quant aux activités futures de l’ACCP. Ce texte introduit des actions concrètes et efficaces telles que faire d’ONU-habitat le noyau central du bureau en Afrique, mettre en place des centres de formations locaux, s’efforcer de diffuser la méthode Fukuoka, promouvoir les projets tournés vers l’amélioration des compétences opérationnelles, etc.

Par ailleurs, les résultats de cette réunion ont servi d’input pour la TICAD7 avec un document résultant pour cette dernière, dans lequel a pour la première fois été mis en exergue l’importance de la gestion des déchets en Afrique et introduit la promotion des actions de l’ACCP. Une réactivation des actions futures est espérée grâce à la reconnaissance de l’importance de l’ACCP par les dirigeants des États africains.

Le ministère de l’environnement japonais, ensemble avec les autres partenaires, a pris avec force la direction des actions de l’ACCP. Le Japon aussi a historiquement souffert des problèmes liés à l’augmentation des déchets, mais il a pu les surmonter grâce à la coopération du pays, des collectivités locales, des entreprises privées et de ses citoyens. Je souhaite que nous contribuions à la gestion des déchets des États africains, non seulement par le partage de notre expérience, de nos acquis, mais également par un développement concret des compétences.

Pour terminer, j’aimerais insister sur le fait que l’ACCP n’appartient pas au Japon, mais qu’elle appartient à tous les africains. Pour faire de l’ACCP une plateforme efficace, la participation active de tous les africains est indispensable. Travaillons tous ensemble à l’amélioration de la gestion des déchets en Afrique, en mettant en commun nos idées, en partageant nos meilleures pratiques, et en apprenant les uns les autres.

Yokohama, ville la plus proche de l’Afrique en tant que
« ville hôte de la 2ème réunion générale de l’ACCP »

Harumi Moriyama, responsable du bureau de coordination de la politique environnementale, département de la circulation des ressources, ville de Yokohama

En août 2019, en marge de la TICAD7, de nombreux évènements mettant à l’honneur l’Afrique, retransmissions en direct, conférences, échanges, etc., se sont déroulés dans la ville de Yokohama qui s’était parée de décorations aux couleurs africaines et d’affiches sur les pays d’Afrique. C’est dans ce contexte que s’est déroulé, pour la 4ème fois depuis la création de l’ACCP, un programme de formation sur la gestion des déchets accueillant des agents des administrations de l’ensemble des pays africains. Ce programme de formation présente sur 1 mois le savoir-faire de la ville de Yokohama et du Japon en matière de gestion des déchets et est utile à la mise en pratique de ce dernier par les participants au retour dans leurs pays. 45 participants venant de 27 pays différents ont déjà pu se rendre au Japon et en bénéficier.

La 2ème réunion générale de l’ACCP, qui s’est tenue en ouverture de la TICAD7 dans la même ville que cette dernière, à Yokohama, a réuni les intéressés de l’ACCP, mais également des citoyens et des personnes d’entreprises implantées à Yokohama. Elle est devenue un lieu d’échange où chacun peut apprendre les uns les autres sur la situation des pays africains, sur les dernières nouvelles mondiales, sur les techniques innovantes, etc.

Lors de la session qui s’est déroulée sur la 1ère journée, le « Manuel pour une éducation environnementale sur la gestion des déchets solides en Afrique » a été présenté. Pour la ville de Yokohama, l’éducation environnementale est une importante mise en pratique de la politique de gestion des déchets. Lors de cette session, 3 collégiens représentant les collégiens de la ville de Yokohama ont fait un discours sur le thème de l’environnement. Leur message, en toute simplicité, « tournons nos yeux sur l’environnement de la Terre et agissons chacun individuellement », a attiré la sympathie de l’assemblée et a fait très forte impression.

Le « Guide d’action de Yokohama pour l’ACCP » adopté en clôture de la réunion, a permis d’affirmer, dans la Déclaration de Yokohama de la TICAD7, l’importance de la gestion des déchets pour accompagner le développement de l’urbanisation.

C’est précisément parce qu’il s’agit de la ville de Yokohama que des ententes, des collaborations sont possibles et que, tournées vers l’atteinte des ODD à l’horizon 2030, nous continuerons à promouvoir ces dernières par un partage actif entre autres de l’expérience, mais également des techniques et du savoir-faire de la ville de Yokohama en matière de résolution de problèmes.

Atteindre les ODD en Afrique

David Marquis, Consultant, Unité de Statistiques sur l’Environnement et les ODD, PNUE

Le suivi de la dimension environnementale des Objectifs de Développement Durable (ODD) constituera un défi, y compris en particulier en région Afrique. En tant qu’agences dépositaires de nombreux indicateurs d’ODD, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) collabore avec ONU-Habitat et la Plate-forme Africaine des Villes Propres (ACCP) afin de renforcer la qualité et la disponibilité des statistiques sur l’environnement depuis 2017, avec un focus particulier sur les indicateurs relatifs aux déchets 11.6.1 (déchets solides municipaux), 12.4.2 (déchets dangereux) et 12.5.1 (recyclage). La deuxième réunion annuelle de l’ACCP, qui s’est tenue du 26 au 27 août 2019 à Yokohama, au Japon, a offert une nouvelle occasion de mettre en œuvre cette collaboration. En effet, le 28 août, le PNUE et ONU-Habitat ont accueilli un atelier de formation bilingue avec les points focaux ACCP de 36 villes et pays africains afin de leur fournir les méthodologies les plus récentes pour les 3 indicateurs susmentionnés d’ODD liés aux déchets. Les participants ont notamment reçu un aperçu détaillé de la méthodologie pour l’indicateur 11.6.1, avec une démonstration par des experts de la procédure de collecte de données à l’aide d’études pilotes menées au Kenya et aux Seychelles. L’atelier a également été divisé en groupes de discussion en fonction de la similarité des situations nationales (par exemple, les petits États insulaires en développement ont été regroupés ensemble) pour examiner les barrières locales spécifiques à la mise en œuvre des méthodologies les plus récentes en matière d’ODD et pour réfléchir aux solutions réalisables. Les participants ont acquis une meilleure compréhension des méthodologies de collecte de données pour les indicateurs d’ODD liés aux déchets et sur la manière dont elles peuvent être appliquées dans les villes et pays africains pour améliorer la situation des statistiques sur les déchets. Cela permettra par la suite davantage de prises de décisions fondées sur des preuves et d’aboutir à des mesures plus ciblées et efficaces pour améliorer la gestion des déchets dans la région, en réduisant les effets néfastes de cette dernière sur la santé humaine et l’environnement.

Commentaires des participants

Dr. Sheila Santana Afonso, Secrétaire permanent, Ministère de l’environnement foncier et développement rural, Mozambique

Le Mozambique a participé en août 2019 à la 2ème réunion générale de la Plate-forme Africaine des Villes Propres (ACCP). En dehors de sa participation à ladite réunion, lors d’un entretien avec le ministre de l’environnement japonais réalisé en parallèle de celle-ci, la situation du projet pilote de l’ACCP relatif à l’amélioration de la sécurité des décharges au Mozambique a été discutée. Les autres actions menées à cette occasion comprennent l’entrée en vigueur d’actions s’appuyant sur un mémorandum d’entente entre le MITADER et le ministère de l’environnement japonais, qui se fondent désormais sur le Guide d’action de Yokohama pour l’ACCP, la demande formulée auprès du Japon de fournir des fonds dans le cadre de la coopération entre les deux pays, et l’étude de l’accueil d’investissements privés japonais dans les infrastructures de récupération des déchets et de recyclage. En particulier, le gouvernement mozambicain a estimé, grâce aux visites des installations de récupération et de recyclage des déchets, que les techniques employées dans ces dernières devaient être transférées dans son pays.

Les problèmes auxquels fait actuellement face le Mozambique, sont d’appliquer la méthode Fukuoka à la construction de plusieurs décharges municipales nationales, mais également de l’appliquer à l’amélioration de leur gestion. Ces questions ont constitué le principal sujet de l’entretien entre la délégation mozambicaine et le gouvernement japonais. Le ministère de l’environnement japonais, dans le cadre des actions de la Plate-forme, fournit des fonds au projet d’amélioration de la sécurité de la décharge d’Hulene par l’intermédiaire d’un projet pilote. Un partage de cette expérience avec les autres pays membres de l’ACCP est attendu.

Bruno Domingos Dundao Constantino, Technicien Senior à l’Agence Nationale des Déchets (ANR – Angola).

Ma sélection en tant que participant au programme de formation intitulé « Gestion Durable des Déchets Solides dans les Pays Africains » pour la gestion durable des déchets solides dans les pays africains, a été un réel progrès pour ma carrière dans la gestion des déchets. Qui plus est, j’ai eu la chance d’apprendre le cycle japonais de gestion des déchets et de créer un réseau avec des personnes venant d’Afrique, d’Europe, d’Asie, d’Amérique, d’Océanie, etc. Chaque journée du programme était marquée par des discussions, des exemples et des questions qui mettaient au défi les animateurs.
Cependant, je souhaiterais suggérer qu’à la place des visites sur sites il y ait davantage de travaux de terrain dans le programme de formation pour la prochaine session à venir. Car je suis convaincu qu’on apprend plus en faisant qu’en regardant et en écoutant.
À propos de l’ACCP, je pense qu’elle devrait davantage être diffusée dans tous les États membres en organisant des campagnes de nettoyage, des concours de gestion des déchets, et surtout en créant des pôles régionaux au sein des États membres qui ne soient pas seulement concentrés sur les capitales.

Keiichi Furukawa, Fukunaga Engineering Co., Ltd.

Notre société a eu le plaisir le 26 août de présenter notre cas pratique à la 2ème réunion générale de l’ACCP sur le thème du « recyclage des pneus en Éthiopie ». Nous avons pu aménager un stand sur place et échanger avec de nombreuses personnes venues d’Afrique.

En Éthiopie, contrairement au Japon, il n’existe pas de système pour recycler les pneus usagés. Lorsqu’on s’y déplace en voiture, on peut souvent voir des pneus usagés qui semblent avoir été laissés à l’abandon. Pourtant, avec cette 2ème réunion et en discutant avec des personnes de divers pays d’Afrique, j’ai de nouveau pu m’apercevoir qu’il existe des personnes très impliquées qui ont hautement conscience de ces problèmes environnementaux. J’ai également été stimulé en apprenant que parmi ces dernières, il existe de belles réussites locales en affaires.

Des opportunités d’affaires dans le domaine de l’environnement existent précisément pour les pays en voie de développement. Notre société est encore au stade où nous envisageons pour la suite d’entrer véritablement sur le marché africain, mais je souhaite dès à présent faire avancer activement les choses.

Exposition de journaux illustrés sur l’environnement dessinés par des enfants d’Afrique

L’ACCP s’est jointe à la TICAD7 et a appelé les enfants africains à dessiner des « journaux illustrés sur l’environnement »1. La force de coopération étrangère, des spécialistes et des employés de la JICA présents dans 13 pays d’Afrique, éduquent les enfants en matière d’environnement sur le thème « ville propre et saine » dans le cadre de la coopération dans les écoles primaires et dans les établissements pour l’enfance locaux. C’est dans ce contexte que plus de 600 enfants se sont prêtés au jeu et ont répondu à notre appel à dessiner des journaux illustrés. Près de 300 œuvres ont été exposées dans des galeries de la ville de Yokohama et dans les salles de conférence des évènements en marge de la TICAD7. Des visiteurs nous ont fait part de leurs impressions, parmi celles-ci, certains ont en particulier déclaré avoir été touchés par les merveilleuses œuvres et l’inspiration des enfants d’Afrique ou encore souhaités que sans distinction de pays, tous ensemble, nous protégions l’environnement.

※ Les journaux illustrés sur l’environnement sont une initiative d’éducation environnementale destinée aux enfants des écoles primaires, lancée depuis 2000 par l’Association du recyclage des ressources de la ville de Yokohama. Elle vise à susciter l’intérêt et les prises de conscience en matière d’environnement en faisant dessiner aux enfants des « journaux illustrés » présentant le fruit de leurs réflexions personnels et de leurs discussions avec leur famille sur les problèmes environnementaux.

Présentation des publications de l’ACCP

L’ACCP publie des brochures et des rapports d’activité (cf. ci-dessous) dans le but de partager les connaissances dans le domaine des déchets en Afrique. Ces publications sont disponibles sur le site web de l’ACCP. N’hésitez pas à les utiliser.

Les Bases de la Gestion des Déchets Solides Municipaux en Afrique

対象:

vise principalement les praticiens de la gestion des déchets en Afrique, personnel des administrations centrales et régionales.

内容:

explique de façon simple les connaissances de base en matière de gestion des déchets municipaux.

Manuel pour une éducation environnementale sur la gestion des déchets solides en Afrique

対象:

praticiens de l’éducation environnementale autour des problèmes de déchets dans les collectivités et dans les établissements scolaires.

内容:

guide autour des méthodes de développement / mise en pratique de l’éducation environnementale et des programmes de sensibilisation citoyenne.

Recueil de données sur la gestion des déchets solides en Afrique 2019

対象:

organismes de recherche travaillant sur l’assistance dans le domaine des déchets en Afrique et entreprises du secteur privé projetant de développer leurs activités.

内容:

rapport mêlant des analyses à partir de données obtenues sous différents focus sur la situation de la gestion des déchets des pays et villes membres de l’ACCP.

Volontaire pour la coopération à l’étranger au Japon

Moe Hirata (Ex-JOCV* au Cameroun)
Rattachée au ministère de l’éducation primaire à Ebolowa au Cameroun, j’ai réalisé jusqu’en juin 2019 des actions d’éducation environnementale dans les écoles primaires et de sensibilisation à l’attention des habitants locaux. J’ai pris soin de réfléchir avec eux, malgré la compréhension que nous avons de ce que sont de bons gestes pour l’environnement, aux raisons pour lesquelles nous n’arrivons pas à traduire cette dernière en actes, et à ce que nous pourrions faire pour y parvenir. Dans les écoles primaires, nous avons de nos propres mains arrangé l’environnement au sein des écoles, en interdisant de jeter des déchets n’importe où, ainsi qu’en prenant soin des plantes et en observant ces dernières. Nous avons également mis en place des lieux de sensibilisation à l’extérieur des écoles à destination de tous, enfants comme adultes, avec notamment des marches de ramassage des déchets et des expositions. Les expositions ont été organisées à l’occasion de l’exposition des journaux illustrés sur l’environnement de la ville de Yokohama. Elles ont constitué une belle opportunité d’élargir l’horizon et l’inspiration des enfants, ainsi que de transmettre un message auprès de nombreux adultes.

Autres newsletters